B Z K // « Brazza Zéro Kilomètre »

IMG_0949

« C’est l’histoire de deux hommes à Brazzaville. L’un attend l’autre.
L’autre est en route quelque part dans la ville, et n’arrête pas de répondre au premier qu’il est à « zéro kilomètre ». En jargon local, ça veut dire qu’il n’est plus très loin…Qu’il va arriver.
Mais clairement, dans la tête des deux hommes, les mots ne prennent pas le même sens, et pendant que l’un trépigne d’impatiente et compte chaque minute, l’autre s’arrête à chaque porte connue, à chaque pote, à chaque nganda (bar), et raconte des histoires, digresse, délire, se perd, et tourne ainsi dans la ville mu par la force inconsciente de cet objectif de plus en plus nébuleux et complexe: arriver… Mais arriver à quoi?
« Brazza zéro kilometre », c’est un peu comme si on s’essayait à raconter « En attendant Godot » du point de vue de Godot. Qu’on osait imaginer le dessein de ce personnage tant attendu. »

A l’image de ce Godot de Brazzaville qui sillonne la ville, ce projet a été pensé comme une douce « transe » à laquelle viennent se mêler des histoires, des moments, qui sont autant de rencontres fortuites dans des lieux emblématiques du brazzaville d’aujourd’hui.

Benjamin Flament: Tambours, métaux & électronique
Clément Janinet: Violon & électronique
Clément Petit: Violoncelle & électronique
(… extraits à suivre …)

B Z K  est une commande du FESTIVAL AFRICOLOR en partenariat avec le label GIGANTONIUM.

Les créations auront lieu les :
30/11/2018 – Théâtre de Vanves – Festival Africolor
01/12/2018 – Le Comptoir, Fontenay – Festival Africolor


Sinon: Ce projet a pour objectif la création d’une musique liée à la transe. Cette « transe » sera contemporaine, originale, sans frontière, ira puiser dans des traditions culturelles fortes, et alliera instruments anciens préparés et instruments originaux (et artisanaux) contemporains. De la parole, du chant et de la danse viendront élever et ponctuer les formes musicales pour un spectacle résolument collectif et singulier.
Le projet a pour vocation d’être à géométrie variable :
Pour sa création en 2018 à Brazzaville et en France, les trois musiciens français travailleront avec des artistes congolais rencontrés au Congo.
Et pour la tournée qui s’en suivra, les 3 musiciens français s’associeront à des musiciens africains résidant en France.
L’imagination de cette transe moderne et artisanale nait de l’idée de pouvoir confronter d’une part, la lutherie urbaine du Congo et la lutherie artisanale contemporaine de Benjamin Flament, et d’autre part, les instruments classiques préparés (et détournés) de Clement Janinet et Clement Petit (violon,violoncelle), avec les instruments traditionnels «congolais » de transe (senzas, violon traditionnel).
La volonté étant de mettre en résonance des instruments identiques, ou organologiquement proches. Ainsi, au-delà des modes de jeux, nos instruments pourront être traités soit par déformation acoustique (à travers la préparation des instruments), soit par déformation électroacoustique (pédales, effets), afin d’optimiser la recherche et la complémentarité des textures.
Enfin, le projet sera le terrain idéal pour prolonger l’expérimentation de nouveaux sons et techniques de jeux que Benjamin Flament a développées au sein de « Magnetic Ensemble » (de Antonin Lemarie) et de Méchanics (de Sylvain Rifflet), et que Clément Petit et Clément Janinet ont développés au sein du « Banquet », de « Blick Bassy » ou de « Simon Winse ».

 

IMG_0949